Tous les 6 mois je vous propose de faire un tour d’horizon de la musique urbaine et cette fois-ci, je commence par mes clips préférés.

Un choix toujours aussi difficile avec plus de 150 clips pour nos ami(e)s anglophones et environ 60 pour les francophones.

La production de vidéo de qualité est de plus en plus abordable et cela se ressent au niveau du rythme des sorties de clip.


TOP CLIP FRANCOPHONE


On rentre dans le vif du sujet avec les clips en français. Et je peux vous dire que je suis impressionné par la qualité ou l’originalité des productions francophones.

Drick-C en premier avec la vidéo du morceau Ma Limite qui est rempli de symbolique mais surtout est digne d’un long-métrage hollywoodien.

Le chanteur Carry Yank nous a lui aussi proposé un clip très cinématographique avec L’homme qui se cache pour pleurer.

J’ai beaucoup aimé les univers qui se dégagent des vidéos de Odgee Navy, Kossi, Virtuoz, Ziqui et 7even. Un clip peut être simple mais se doit de dégager quelque chose et c’est le cas avec ceux-ci qui montrent clairement les facettes artistiques des artistes.

La danse est à l’honneur chez Le Psalmiste et El Georges et c’est ce que j’ai aimé dans les vidéos de Dis leur et Boomerang.

Pour l’originalité, c’est Psykoz qui remporte le gros lot avec Game Over et sa vidéo à l’humour décapant.


TOP CLIP ANGLOPHONE


Comme chaque année, Reach Records est actif et c’est pas moins de 3 artistes du label qui viennent se placer dans ce top 10.

Lecrae, Andy Mineo et Trip Lee signent des vidéos de qualité (avec un brin d’humour pour Andy) et personnellement je suis toujours preneur.

Pour l’émotion, on ira voir du côté de NF et de son touchant How Could You Leave Us.

Pour le côté décalé, Uzuhan (anciennement J-Han) avec Uzutrap et Beleaf avec No Chill méritent d’être placé dans ce top 10 (franchement vous allez passer un bon moment avec ces clips).

Pour le côté ANTHEM ou rassembleur, j’ai aussi mis Glory Gang de Blake Whiteley et Champs d’Adrian Stresow.

Et enfin pour conclure en douceur et en musicalité, le So Much Luv de Jor’dan Armstrong et le 64 de Joey Jewish me conviennent parfaitement.

Publicités