Le 11 mars dernier a eu lieu la première édition des Trace Gospel Rap Sessions à La Boule Noire à Paris. Un évènement incontournable pour la scène CHH francophone (Gospel Urbain, Rap Chrétien, Chrétien qui rap … appelez la comme vous voudrez).

16388323_961540893979714_2660841548728072302_n

Généralement quand on rentre d’un concert, on aime bien mettre une phrase du genre « Les absents ont raté quelque chose » pour bien faire comprendre à nos ami(e)s des réseaux sociaux que l’on a vécu quelque chose d’exceptionnel … même si c’était banal.

En ce qui concerne les TGRS (ouai je fais des sigles), si vous n’étiez pas présents et bien je peux vous assurer que vous avez vraiment raté quelque chose !

Comme dirait le chanteur Kabe qui m’a donné envie d’écrire cet article, l’unité (qui cette fois était beaucoup plus qu’un mot) qui s’est dégagé lors de cette soirée a vraiment fait plaisir à voir.

IMG_1646

Premièrement, une unité entre les différents artistes de la soirée : Le Psalmiste, Odgee Navy, Noel Non’s, Prince K-Mer, Sunday, Deeboy, Mike Shining, Jayess, Bigty, Markis, Kossi, Diffmakerz, Tito Prince et Isaiah Raymond.

Dans les coulisses j’ai assisté à ce que j’ai rarement vu avant. De la fraternité, de la cohésion et une volonté de servir Dieu de la meilleure des manières. Le moment de prière initié par Jessica Dorsey juste avant le show était juste … wouah. J’en frissonne encore. Assurément l’esprit de Dieu était présent parmi nous.

Sur scène, chaque artiste a donné le maximum. Le niveau était réellement élevé et il y avait assez de variété pour satisfaire tout le monde. Le mélange des différentes générations de rappeur a fonctionné pour mon plus grand plaisir.

Deuxièmement une unité avec le public. Une unité par l’ambiance de feu : ça dansait, ça chantait … et j’ai même été impressionné de voir la foule connaître par cœur les paroles de certains morceaux.

Du début à la fin du concert, le public et les artistes ont semblé en communion et cela pour la gloire de Dieu. Il y a eu de tout lors de cette soirée, de l’énergie, des messages et de l’émotion (notamment le témoignage de Deeboy). Un grand moment je vous dit !!!! Qu’on ne vienne pas me dire que le rap est forcément quelque chose de mauvais et de complètement incompatible avec Dieu après ça.

Je ne me fais pas de souci pour l’avenir de notre mouvement. Des bases ont été posé ce samedi 11 mars 2017 pour que Dieu ouvre un peu plus les portes et j’ai l’assurance que le canal de la  musique urbaine touche des cœurs bien plus qu’on ne peux le penser.

as

 

 

 

Publicités